Quels sont les risques du sexe oral ?

Le sexe oral est à faible risque pour la transmission du VIH. Cette activité est beaucoup moins risquée qu’une pénétration vaginale ou anale. Mais des cas d’infection par cette voie de transmission ont tout de même été rapportés. Plus la quantité de liquide biologique (sperme, sécrétions vaginales, liquides pré-éjaculatoire) est importante, plus les risques augmentent.

Sexposer, notre application gratuiteLe sexe oral représente un potentiel de transmission pour d’autres infections transmissibles sexuellement (ITSS) comme la gonorrhée, la chlamydia, la syphilis, l’herpès, les hépatites A ou B et la LGV (lymphogranulomatose vénérienne). Plusieurs de ces infections peuvent être traitées, mais ce n’est pas le cas de toutes les ITSS. L’herpès par exemple peut être traité pour réduire les symptômes, mais il ne peut être guéri.

Donner ou recevoir

Qu’est-ce qui est le plus à risque ?

Recevoir une fellation ou un cunnilingus sans condoms représente un risque négligeable pour la transmission du VIH. Théoriquement, il pourrait y avoir un risque. Mais on ne connaît aucun cas de transmission du VIH par cette voie.

Donner une fellation ou un cunnilingus sans condom est à faible risque pour la transmission du VIH. La transmission du VIH lors de relations orales est relativement rare. Pour qu’il y ait transmission, il doit y avoir une porte d’entrée pour le virus. La bouche est un environnement hostile pour le VIH. Les muqueuses de la bouche si elles sont saines constituent une barrière que le virus ne peut traverser. Mais il arrive que les muqueuses soient blessées ou irritées. Même une très petite blessure peut être une porte d’entrée pour le virus.

Comment réduire les risques de transmission du VIH pendant le sexe oral ?

L’utilisation d’un condom ou d’une digue dentaire réduit les risques pour le VIH et la plupart des ITSS. Les condoms de polyuréthane et polyisoprène sont tout aussi efficaces que les condoms de latex. Leur goût et leur odeur sont différents. Il existe des condoms et des lubrifiants aromatisés (fraise, banane, réglisse, etc.) pour améliorer l’expérience du sexe oral.

Pour les autres ITSS, le condom ne protège que les zones qui sont couvertes. Des éruptions d’herpès ou des verrues génitales (VPH) non couvertes par le condom peuvent être transmissibles.

Plusieurs mesures peuvent réduire les risques de transmission du VIH lors d’une relation orale sans condom :

  • Évitez le sexe oral dans l’heure qui précède ou qui suit le brossage des dents ou l’utilisation de la soie dentaire.
  • Évitez le sexe oral après avoir mangé des aliments qui pourraient blesser ou irriter les muqueuses de la bouche : croustilles, maïs soufflé, gomme extra-forte.
  • Éviter le plus possible les contacts entre la bouche et les liquides biologiques (sécrétions vaginales, liquide pré-éjaculatoire, sperme).
  • Après le sexe oral, rincez-vous la bouche avec de l’eau. Évitez les rince-bouche à base d’alcool peuvent irriter les muqueuses et augmenter les risques.
  • Rien n’indique s’il est préférable de recracher ou d’avaler le sperme ou les sécrétions vaginales si on les reçoit dans la bouche. On sait toutefois que le risque est plus grand lorsque le liquide reste plus longtemps dans la bouche.
  • Les personnes séropositives peuvent réduire les risques de transmission en étant traitées. Les risques sont considérablement réduits lorsque la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois, que le traitement est suivi fidèlement et qu’il n’y a pas d’autres ITSS.

D’autres mesures peuvent réduire les risques de transmission du VIH et des ITSS :

  • Un dépistage régulier des ITSS réduit les risques de transmission du VIH. La présence d’une infection non traitée augmente les risques de transmission du VIH. Les personnes ayant une vie sexuelle très active peuvent passer des tests tous les trois mois.
  • La vaccination contre l’hépatite A et B est recommandée pour les voyageurs, les hommes ayant des relations avec des hommes, et les utilisateurs de drogues injectables.
  • Plusieurs scientifiques préconisent la vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) tant pour les hommes que pour les femmes, puisque ce virus est associé au développement de plusieurs types de cancer. Le VPH peut être transmis lors de relations orales. Selon plusieurs études, il augmente les risques de développer un cancer de la bouche ou de la gorge.


Qu’est-ce qui augmente les risques de transmission du VIH lors du sexe oral ?

  • Une mauvaise hygiène buccale, des problèmes de gencives, l’usage du tabac et tout autre activité qui endommage la muqueuse de la bouche peuvent augmenter le risque de transmission du VIH.
  • La présence d’une autre infection transmissible sexuellement augmente le risque de transmission du VIH.

Pierre-Yves, coordonnateur diffusion de l’information et soutien éducatif
Portail VIH/sida du Québec
Dernière mise à jour : 21 juillet 2014

Se faire dépister

Pour en savoir plus

Un guide très complet sur les condoms :
Le condom, Clinique de Planning de Rimouski

Tu_suces__« Tu Suces ? », une trilogie sur la fellation et les IST, qui s’adresse aux Hommes ayant des relations sexuelles avec des Hommes.

 

 

pour obtenir une version PDF de cette réponse.



style="display:inline-block;width:728px;height:90px"
data-ad-client="ca-pub-8363641205842038"
data-ad-slot="3159225900">

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Partagez cet article :
Cette entrée a été publiée dans FAQ, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.