Etude : La moitié des hommes gais américains utilisant une application de rencontre ont interagi avec un utilisateur de PrEP

crédibilité jauneAutre part/ Philadelphie
Traduction libre de l’article sur aidsmap (07-09-15) par Roger Pebody

Près de la moitié des hommes gais américains recrutés pour une enquête via une célèbre application de rencontres, révèlent qu’au moins un de leur partenaire sexuel potentiel a dit qu’il prenait de la PrEP et ils sont encore plus nombreux à avoir interagi sur l’application avec quelqu’un qui disait être séropositif mais avec une charge virale indétectable.

Selon les résultats de l’enquête, plusieurs de ces partenaires potentiels étaient à la recherche de sexe sans préservatif, a rapporté le Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes dans un article publié en ligne.

Des bannières et pop-up publicitaires ont recruté des participants au sondage entre novembre 2014 et février 2015. Les questions sur la PrEP ont été répondues par 668 hommes et ceux sur la charge virale indétectable par 727 hommes. L’âge moyen était de 38 ans, trois-quarts des répondants étaient de race blanche et 14% avaient été diagnostiqués positifs au VIH.

À la question: «Quand vous avez été sur les applications mobiles de rencontres à la recherche de partenaires sexuels, est-ce que certains vous ont dit qu’ils prenaient la PrEP?», 43% des hommes séronégatifs et 62% des hommes séropositifs ont dit oui.

À une question similaire à propos de la charge virale indétectable, 68% des hommes séronégatifs et 90% des hommes séropositifs ont dit oui.

Parmi ces hommes, la plupart ont dit qu’au moins un des partenaires sexuels (qui avait divulgué à propos de la PrEP ou de la charge virale indétectable) avait demandé à avoir des rapports sexuels sans préservatif. En outre, au moins un partenaire avait refusé d’avoir des relations sexuelles si les préservatifs n’étaient pas utilisés.

Cependant, l’une des faiblesses de cette enquête transversale est qu’il n’a pas été demandé combien de fois des rapports sexuels sans préservatif ont été proposés par d’autres partenaires potentiels – ceux qui ne parlaient pas de PrEP ou de charge virale indétectable. L’enquête ne peut pas démontrer si le sexe sans préservatif est plus fréquent lorsque ces méthodes de prévention sont utilisées ou non.

Néanmoins, il a été demandé aux répondants qui avaient eu des relations sexuelles sans préservatif avec une personne utilisant la PrEP, ou avec quelqu’un qui avait une charge virale indétectable, pourquoi ils n’ont pas utilisé de préservatifs. Les répondants ont expliqué pourquoi, dans leurs propres mots et ces réponses personnelles suggèrent que de nombreux hommes prennent sérieusement en compte l’utilisation de ces méthodes biomédicales de prévention dans leur décision.

55% des hommes séronégatifs ayant des rapports sexuels sans préservatif avec une personne utilisant la PrEP ont spécifiquement dit que le risque de transmission du VIH était plus faible lorsque la PrEP était utilisée. Les réponses étaient similaires en ce qui concerne le sexe sans préservatif avec un homme avec une charge virale indétectable.

L’enquête a révélé que les hommes ayant reçu un diagnostic positif du VIH étaient plus susceptibles d’interagir avec quelqu’un qui parlait de son traitement PrEP ou de sa charge virale indétectable, et étaient également plus susceptibles de les rencontrer et d’avoir des relations sexuelles sans préservatif avec eux.

Les chercheurs ont remarqué un nouveau type de sérotriage qu’ils appellent «le couplage biomed’ » – généralement un utilisateur PrEP séronégatif ayant des rapports sexuels sans préservatif avec un homme séropositif qui a une charge virale indétectable. Ils suggèrent que ce couplage de deux méthodes de prévention efficaces est susceptible d’être très efficient. Le sexe sans condom entre deux utilisateurs de la PrEP séronégatifs serait également un « couplage biomed’ ».

Les résultats suggèrent que les discussions sur l’utilisation de la PrEP et sur la charge virale indétectable sont de plus en plus courantes chez les hommes homosexuels américains, en particulier dans le contexte de rencontres sur mobile. De discuter de ces faits dans des environnements en face-à-face est possiblement plus difficile.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Partagez cet article :
Cette entrée a été publiée dans Page d'accueil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.