Rose* a 52 ans et vit sur la rive-sud de Montréal. Elle a accepté de nous raconter son expérience de vie avec l’herpès génital.
« C’est thérapeutique, j’ai besoin d’en parler » nous a t-elle confié.

Pour l’équipe du Portail et de Info-Herpès, ce témoignage est surtout un texte inspirant pour toutes les personnes qui vivent une situation similaire ou qui voudraient mieux comprendre comment l’on vit avec l’herpès. Merci Rose !

*Le prénom a été changé

Bon. Je vous mets ici dans le contexte, années 80, les gars sont beaux, les hormones dans le tapis, on ne parle pas beaucoup du VIH et l’usage du condom est pour ceux et celles qui n’ont pas d’autre contraception. Je plane…je suis en amour. Le gars m’annonce qu’il a attrapé quelque chose d’une ancienne copine, mais que le tout est maintenant redevenu normal. Activité sexuelle…BAM!!

Je me réveille un beau matin avec un joli cadeau.

Mon amoureux responsable me fait rencontrer son médecin. Diagnostique d’herpès génital. Un simple bouton de fièvre, comme celui qui se pointe sur la bouche chez plusieurs personnes.

Contagieux ? Oui. Incurable ? Oui.

J’ai un nouvel ami pour la vie et une belle petite crème a appliquer en cas de besoin. De belles années passent en compagnie de mon copain et de mon nouvel ami Herpès.

Maison, enfants, mariage. Oui tout est possible ! Même si le virus relie les gens, je crois en toute honnêteté que nous étions faits l’un pour l’autre.

Il y a quelques années, la vie, ou plutôt la mort nous a séparés. Retour a la case départ avec des décennies derrière moi. Je repense soudainement a mon ami, discret mais toujours présent. Je me retrouve avec le sentiment d’une personne nouvellement infectée.

Recommencer sa vie avec un nouveau conjoint, le virus en prime. Tout un contrat ! Je m’informe sur le sujet. Ce que je lis et ce que l’on me dit m’effraie. Bonjour les années 2000 !

Autre temps, autres moeurs, les MTS n’ont plus le même impact. Elles ont même changé de nom ! Est-ce que ma vie amoureuse et sexuelle est finie ?

Même si internet nous bombarde maintenant de belle images et d’informations catastrophiques, je crois que la vie après la mort est tout de même possible avec un conjoint bien éclairé et informé.

L’Herpès agit un peu comme une ceinture de chasteté. On est plus méticuleux dans nos choix de partenaires potentiels. Je vous avoue qu’il y a des jours ou le coquin ami se pointe…souvent au mauvais moment.

Je vis avec, tant bien que mal. J’ai eu des réponses positives et d’autres négatives. Un peu comme la plupart des gens infectés, je vis avec une peur de contaminer l’autre malgré les précautions élaborées. J’ai eu des relations d’une durée assez longue sans jamais contaminé mon partenaire. Donc si l’on vous dit que l’Herpès est très contagieux, ne paniquez pas. Faut juste être a l’affût des signes, à l’écoute de son corps et être responsable.

Oui ça change une vie. Ça change aussi notre perception des relations hommes/femmes. On prend cela avec moins de légèreté et d’insouciance et avec un certain sérieux.

L’honnêteté est souvent récompensée et c’est garant d’une belle continuité. 30 années plus tard je commence à peine a faire mon coming out. Oui je suis honteuse et pas très fière de moi. J’ai été jeune, amoureuse et un peu fofolle. J’ai quand même la certitude d’être une personne de qualité et de belle valeur.Je travaille a l’annoncer a mes proches. Pas facile ! J’ai rencontré ces dernières années des gens comme moi, porteurs du virus. On en parle, s’échange idées et confidences. C’est libérateur et ça aide a passer au travers. Les groupes de soutien sont plus qu’utiles. Merci la gang d’être la.

Et si cela peut consoler les nouveaux porteurs, un pharmacien m’a déja confié que le Valtrex et compagnie étaient parmi les médicaments les plus prescrits après les anti-dépresseurs !

C’est bien pour dire….Vous n’êtes pas seuls.

Si vous souhaitez témoigner anonymement (ou non), contactez-nous ici : contenu@pvsq.org

Vous avez des questions sur l’herpès ? contactez Info-herpès par téléphone, courriel ou participez au groupe de soutien régulier sur Montréal. Plus d’infos ici.

Laissez un commentaire.