Charge virale indétectable et transmission du VIH

consensusLe Consensus d’experts sur la charge virale et le risque de transmission du VIH, du Comité sur les ITSS (CITSS) et de l’Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ) créé un précédent dans la prévention du VIH, une référence qui servira de levier pour l’éducation. Le Portail VIH/sida du Québec en souligne l’impact sur la réalité des PVVIH et de leurs partenaires.

Cet énoncé de consensus québécois s’inscrit en 2014 dans la continuité des changements récents dans la prévention du VIH. Dans son application, il cumule six conditions précises, qui amènent à réinterroger la place de la PVVIH et de son, sa ou ses partenaire(s) dans le contexte global de prévention. Il sera difficile de parler de la santé sexuelle d’une personne sans parler d’accès au soin et au dépistage, ni d’évoquer les comportements sexuels sans envisager la place de la stigmatisation et le poids de la responsabilité de la personne vivant avec le VIH.

Contexte

De l’avis suisse au consensus d’experts québécois

En 2008, un groupe de médecins suisses émet un premier avis sur la charge virale et la prévention. Ils y affirment, en s’appuyant sur des données probantes, que la transmission du VIH est presque impossible dans un couple hétérosexuel sérodifférent si les trois conditions suivantes sont réunies : la personne séropositive a une charge virale...


Charge virale indétectable

Indétectable La mesure de la charge virale fait partie du suivi médical régulier d'une personne séropositive. Selon le test utilisé, le seuil de détectabilité peut être de 50, 40 ou même plus bas. Plusieurs experts considèrent qu'une personne dont la charge virale est indétectable depuis plus de 6 mois ne peut transmettre le VIH (en l'absence d'autres infections transmissibles sexuellement).

Pour en savoir plus : Indétectable, qu'est-ce que ça signifie ?


Pages

TWITTER

RESSOURCE DU MOIS

Pouvoir partager/Pouvoirs partagés (PP/PP) est un programme d’intervention qui a été élaboré et évalué dans le cadre d’un projet de recherche communautaire mené par la Chaire de recherche du Canada en éducation à la santé (CReCES) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). PP/PP a été inspiré par des femmes séropositives au VIH du Québec. Ce programme a été conçu pour aider ces femmes à mieux comprendre l’impact du (non) dévoilement de leur statut séropositif au VIH dans différents contextes et pour les aider à se tisser un réseau de soutien durable.

pouvoirpartager.uqam.ca

VIDEO