Est-ce que la Cour Suprême a criminalisé le VIH ?

autrepart

Autre part/ Canada

Texte d’opinion ou témoignage Traduction libre par Maud Bousquet: Opinion: Has Supreme Court criminalized HIV ? publié sur Vancouver Sun(21-10-15) par Richard Elliott et Peter Mcknight

Les personnes vivant avec le VIH peuvent être accusés d’agression sexuelle même si il n y a pas de risque de transmission.

Cela peut sembler difficile à croire, mais il y a 30 ans, il n'y avait aucun homme au Canada ayant violé sa femme. C'est que selon la loi canadienne, un homme ne pouvait pas violer sa femme. Dans le cadre de leurs obligations conjugales, les femmes devaient être sexuellement disponibles en tout temps et en tout lieux pour leurs maris. Et ce n’est pas tout : si une femme était agressée sexuellement, elle devait immédiatement signaler avec clameur l'agression au risque que tout retard ait un impact négatif sur sa crédibilité.

Il ne s'agissait pas des préjugés de certains juges mais plutôt des lois du pays. En conséquence, les défenseurs de l'égalité des femmes ont mené une longue bataille pour réformer la définition juridique du consentement lors d'une...


Des affiches font la promotion du barebacking à Melbourne

autrepart

Autre part/ Melbourne

Crédibilité à vérifier Traduction libre par Maud Bousquet de l’articlesur Gay Star News (18-09-15) rédigé par Darren Wee

Des affiches faisant la promotion des relations sexuelles gaies non protégées sont apparues partout dans Melbourne jeudi 18 Septembre 2015. Placardées durant la nuit, on pouvait y lire "You can fuck raw" littéralement "Vous pouvez baiser cru (ou sans condom)". Elles présentaient également une pilule Truvada bleu avec les mots suivants en dessous : "La PrEP fonctionne. Fini le VIH."

Fuck_Raw

 

«Nous sommes impitoyables dans nos messages, et nous allons continuer à choquer»

SEEITCLEARLY2020, un nouveau groupe d'activistes créé « dans le but de promouvoir la PrEP comme l'outil le plus puissant dont nous disposons pour mettre fin au VIH » a revendiqué sa responsabilité dans cette campagne.

 

Leur...


Etude : La moitié des hommes gais américains utilisant une application de rencontre ont interagi avec un utilisateur de PrEP

autrepart

Autre part/ Philadelphie

crédibilité jaune Traduction libre par Maud Bousquet de l’article sur Aidsmap (07-09-15) par Roger Pebody

 

Près de la moitié des hommes gais américains recrutés pour une enquête via une célèbre application de rencontres, révèlent qu'au moins un de leur partenaire sexuel potentiel a dit qu'il prenait de la PrEP et ils sont encore plus nombreux à avoir interagi sur l’application avec quelqu'un qui disait être séropositif mais avec une charge virale indétectable.

Selon les résultats de l'enquête, plusieurs de ces partenaires potentiels étaient à la recherche de sexe sans préservatif, a rapporté le Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes dans un article publié en ligne.

Des bannières et pop-up publicitaires ont recruté des participants au sondage entre novembre 2014 et février 2015. Les questions sur la PrEP ont été répondues par 668 hommes et ceux sur la charge virale indétectable par 727 hommes. L'âge moyen était de 38 ans, trois-quarts des répondants étaient de race blanche et 14% avaient été diagnostiqués positifs au VIH.

À la question: «Quand vous...


Ou le traitement de l'actualité liée au VIH.

Depuis bientôt deux semaines, un fait-divers difficile lié à la non-divulgation du statut sérologique dans le cas de relations sexuelles, dans la région de Drummondville, occupe un espace médiatique particulier. Je choisis consciemment de ne pas copier d'article à ce sujet, les site de buzz et autres s'en occupent très bien à ma place.

Mais comme l'a dit ACCM (pour rappel ?) lors de Ça Marche 2015 : HIV is not a crime.

HIVnotaCrime

Comme souvent, c'est l'aspect sensationnel qui est saisi, qui justifie la cure, la chasse aux sorcières. Enfin, un coupable, sur lequel on peut mettre nom, prénom, âge, lieu de travail, de vie, couleur de peau, et que l'on peut condamner sans procès. Sautent les barrières de la vie privée, sautent les retenues nécessaires dans ces situations, éclosent les théories du complot, les sceptiques et les moralisateurs. Nous le savons, merci, le VIH possède cette faculté de justifier de rayer de la carte les principes de vie privée, de présomption d'innocence, de retenue, et d'apprendre pour mieux comprendre.

Ces articles font de ce tragique fait-divers une urgence vitale qui impose des réactions fortes et salutaires d'on ne sait qui, quand le sous-financement des organismes communautaire, les plaidoyers pour une décriminalisation, l'éducation sexuelle, la prévention, le support des Personnes Vivant avec le VIH ne passent presque, finalement, que pour des lubies.

Alors plutôt que de crier au loup :


Pages