QUALIPEP : une étude pour améliorer l'accès au traitement d'urgence

Actualités internationales – 06 septembre 2016  Information crédible
Revue de presse de l’actualité VIH/VHC/ITSS
(Par : Seronet) 27-08-2016

Des observations de terrain, notamment lors d’entretiens de dépistage conduits par des militants de AIDES, ont fait émerger : un manque d’information sur le traitement d’urgence, des opportunités manquées de TPE, des conditions d’accès et d’accueil parfois difficiles dans les services. Une étude, QualiPEP, a été montée pour comprendre si une meilleure connaissance des freins et des leviers du recours au TPE permettrait de proposer une offre plus adaptée pour les personnes les plus exposées au VIH. En voici les résultats.

source et suite de l’article

Une étude menée à Ottawa trouve qu’une clinique PPE dirigée par des infirmières est efficace

Actualités internationales – 29 aout 2016  Information crédible
Revue de presse de l’actualité VIH/VHC/ITSS
(Par : CATIE) 23-08-2016

Des chercheurs à l’Université d’Ottawa ont collaboré avec deux cliniques communautaires relevant de Santé publique Ottawa, soit le Centre de santé-sexualité et GayZone. Les chercheurs ont recruté des infirmières qui avaient déjà une expertise en ce qui concerne la prise en charge des infections transmissibles sexuellement (ITS) et les ont formées et éduquées sur l’usage de la PPE contre le VIH. L’équipe de recherche a ensuite « autorisé [les infirmières], sous directives médicales, à fournir la PPE » aux personnes qui la demandaient.

source et suite de l’article

"Sexe au menu. Combine tes ingrédients!" nouvelle campagne d'information québécoise à l'intention des HARSAH

campagne sexe au menu


La COCQ-SIDA lance sa nouvelle campagne de prévention VIH à l'attention des HARSAH avec un message ludique et positif : SOIS LE CHEF DE TA SANTÉ SEXUELLE !

Communiqué du 23/06:

Durant des décennies, le condom a été le seul moyen de se protéger contre une infection au VIH. Aujourd'hui, on compte au-delà d'une vingtaine de stratégies efficaces et accessibles. Sexe au menu. Combine tes ingrédients!, la nouvelle campagne d'information de la COCQ-SIDA, invite les hommes gais, bisexuels, les hommes trans et les hommes qui, ici et là, aiment le sexe avec des hommes à découvrir ou redécouvrir six de ces stratégies soient la PrEP (prophylaxie préexposition), la PPE (prophylaxie postexposition), le dépistage, le condom, la considération de la charge virale et la sécurité négociée.

Le choix de ces stratégies découle de deux constats importants. Premièrement, de nombreuses études ont démontré leur efficacité à prévenir une infection par le VIH. En deuxième lieu, des intervenants du milieu communautaire VIH ont constaté que le niveau de connaissance de ces hommes varie grandement, et qu’en général, ils sont plus ou moins bien informés. Ainsi, cette campagne, à travers l’analogie du cuisinier, les invite à découvrir ou redécouvrir ces différentes stratégies. En tenant compte du fait que le risque zéro n’existe pas, elle les invite également à combiner deux ou plusieurs stratégies afin d’augmenter l’efficacité et réduire au maximum le risque d’une infection. Être le chef, c’est connaître les ingrédients et aussi savoir les combiner pour cuisiner un met à son goût. Aujourd’hui, il en est de même en prévention. Être le chef de sa santé sexuelle, c’est connaître les différentes stratégies existantes et accessibles et combiner celles qui répondent le mieux à ses désirs et ses attentes.

Les six stratégies :


La PrEP, acronyme anglais pour prophylaxie préexposition sexuelle, consiste à prendre un médicament anti-VIH sous forme de pilule à prendre une fois par jour ou avant et après une relation sexuelle par une personne séronégative.

La PPE, pour prophylaxie postexposition sexuelle, est un traitement anti-VIH d’urgence pour une personne séronégative à prendre très rapidement et pendant un mois après avoir exposée à un risque de transmission du VIH.

Le dépistage demeure toujours le meilleur moyen d’avoir l’heure juste sur son état de santé. Les seuls hommes à qui on ne recommande pas un test de dépistage annuel sont ceux qui sont totalement abstinents sexuellement! Dès qu’un homme est actif sexuellement, il est recommandé de passer au moins un test de dépistage par année.

Le condom demeure, encore et toujours, un bon moyen de se prémunir d’une infection par le VIH et, en plus, des autres ITSS, à condition de l’utiliser correctement.

La considération de la charge virale consiste à savoir si les partenaires sexuels qui vivent avec le VIH ont une charge virale indétectable. Le terme indétectable veut dire que la quantité de virus dans le sang (charge virale) est tellement faible qu’elle réduit grandement le risque d’infection.

La sécurité négociée consiste pour un couple à laisser tomber le condom après avoir passé un test de dépistage, et à établir, le cas échéant, certaines règles lors de relations sexuelles hors couple pour prévenir une infection.

http://www.pretpourlaction.com/

 

homme avec barbe homme de dos homme latino


 

Retour sur les « Journées de l’Actuel 2016 » par François Berdougo : prévention par les antirétroviraux (2/5)

journée-lactuelv2Partie 2 : prévention par les antirétroviraux

TPE et travailleuses du sexe : une étude à Nairobi

mini

Actualités internationales – 14 janvier 2016 Information crédible
Revue de presse de l’actualité VIH/VHC/ITSS
(Par : Seronet) 11-01-2016

Une équipe de chercheurs a cherché à comprendre quels étaient les obstacles à l'utilisation de la prophylaxie post-exposition (TPE ou PEP, parfois appelé "traitement d’urgence") chez les travailleuses du sexe de Nairobi au Kenya (1).

Source et suite de l’article

Que faire après une prise de risque ?

FAQ

Que faire après une prise de risque ?

Consultez un médecin le plus rapidement possible. Il évaluera le risque de transmission du VIH et, au besoin, il prescrira une prophylaxie post-exposition (PPE). Le service Info-Santé, accessible partout au Québec en composant le 811, peut vous indiquer où trouver un médecin sans rendez-vous.

La prophylaxie post-exposition (PPE) est un traitement combinant plusieurs antirétroviraux. Les médicaments doivent être pris à heures fixes, pendant quatre (4) semaines. La PPE peut empêcher l’infection au VIH après l’exposition au virus. Mais pour être efficace, elle doit être commencée le plus tôt possible, dans les 72 heures suivant l’exposition au virus. Le traitement doit être pris fidèlement jusqu’à la fin des quatre semaines. La PPE peut avoir des effets secondaires (vomissements, diarrhée, grande fatigue, etc.).

Où puis-je avoir accès à la PPE ?

Au Québec, la PPE peut être prescrite dans les urgences des hôpitaux et les cliniques spécialisées. Certains médecins sont encore réticents à prescrire la PPE pour une exposition non-profesionnelle. Mais les mentalités changent. Selon la combinaison des médicaments utilisée, le coût mensuel peut varier entre 1 100 et 1 500$ environ. À l'heure actuelle, ces traitements sont couverts par le régime public d'assurance médicament du Québec (RAMQ), pour une contributon maximale d'environ 86$. 

Pour trouver une clinique qui prescrit la PPE, nous vous invitons à consulter les ressources de votre région (bottin).

 

Quand passer un test de dépistage ?
Les plus récents tests de dépistage du VIH effectués à partir d’une prise de sang (tests standards) peuvent détecter la présence du VIH de 16 à 40 jours après une prise de risque. Ces tests détectent les anticorps du VIH ainsi que l’antigène P24. Toutefois, un test négatif après une période aussi courte n’est pas fiable à 100 %. Il est recommandé de passer un test de confirmation trois mois (12 semaines) après la prise de risque.

Les tests de dépistage rapide du VIH effectués en prélevant quelques gouttes de sang au bout du doigt (tests rapides) atteignent leur fiabilité maximale après une période de trois mois (12 semaines) après la prise de risque.

Vous voulez passer un test de dépistage du VIH ?

Dernière mise à jour : 11 juillet 2017

Pour en savoir plus

Antirétroviraux : médicament qui combat les rétrovirus, les virus à A.R.N. Le VIH est un rétrovirus.