prevention

Prévenir la transmission
du VIH

Quelles que soient les pratiques sexuelles, quels que soient les choix, il est toujours possible de réduire les risques de transmission du VIH et des autres Infections Transmissibles Sexuellement et pas le Sang (ITSS). Vous trouverez dans cette page des pistes mises à votre disposition afin de prévenir la transmission du VIH.

Il est important d’avoir en tête que la transmission du VIH n’a pas lieu aussi facilement que certaines personnes le croient. En effet, pour que la transmission se fasse il faut réunir ces éléments : (1) une porte de sortie du virus (saignement, éjaculation, production de liquide pré-éjaculatoire, allaitement, utilisation de matériel d’injection), (2) une porte d’entrée du virus dans un organisme non porteur (plaie ouverte, lésion de la peau, muqueuse anale, vaginale, injection, ingestion, tatouage, perçage) et (3) un porteur (messager) du virus entre ces deux portes (liquide biologique comme le sperme, le liquide pré-éjaculatoire, les sécrétions vaginales, anales, le lait humain, le sang).

la transmission du vih en 3 conditions

Quelles sont les pratiques à risques potentiels / sans risques ?

pas-risque-vih-pratiques

Le sexe oral : Il n’y a aucun risque de transmission du VIH lorsqu’on reçoit une fellation ou un cunnilingus. Le risque est aussi inexistant lorsqu’on fait ou on reçoit un anulingus. La transmission du VIH est très rare lors qu’on fait une fellation ou un cunnilingus mais certaines personnes préfèrent utiliser également un condom ou une digue dentaire.

L’utilisation d’un condom ou d’une digue dentaire permet aussi d’éviter la transmission d’autres ITSS.

pratiques risque transmission vih

Le partage de jouets sexuels : Le partage de jouets sexuels peut entraîner un risque de transmission du VIH si certaines précautions ne sont pas prises. L’idéal est de rincer le jouet après chaque utilisation et d’utiliser un condom ou une digue dentaire pour chaque personne qui l’utilise.

Le sexe anal (pénis-anus) ou vaginal (pénis-vagin) avec une personne qui vit avec le VIH et qui ne prend pas ses traitements ou n’est pas indétectable peut porter un risque de transmission du VIH. Pour éviter la transmission il existe trois méthodes hautement efficaces de prévention.

 

Les trois stratégies de prévention hautement efficaces :

picto-condom
Le condom
(interne ou externe)

Les condoms sont très efficaces pour prévenir la transmission du VIH s’ils sont utilisés correctement. Ils permettent également de prévenir d’autres ITSS ainsi que des grossesses non-planifiées. Pour une meilleure protection, il est conseillé d’utiliser une bonne quantité de lubrifiant (à base d’eau ou de silicone).

Prep vih
La PrEP

La PrEP (abréviation de Prophylaxie pré-exposition) est une stratégie de prévention qui consiste à prendre des médicaments antirétroviraux (tous les jours ou bien à la demande) pour éviter la transmission du VIH. Les études scientifiques ont démontré l’excellente efficacité de la PrEP. Pour plus d’information, rendez-vous sur maprep.org

traitement vih
Le traitement comme prévention

Le traitement antirétroviral élimine le risque de transmission lors des relations sexuelles. Cette stratégie hautement efficace est aussi connue sous le nom de TasP (de l’anglais treatement as prevention) et elle s’est popularisé avec le slogan Indétectable = Intransmissible.

Indétectable = Intransmissible

Les données probantes démontrent qu’une personne vivant avec le VIH, qui prend ses traitements et qui maintient une charge virale indétectable ne peut pas transmettre le virus à ses partenaire·s sexuel·le·s par voie vaginale, anale ou orale. La prise de traitement antirétroviral est donc une stratégie hautement efficace pour prévenir la transmission du VIH.

Quel que soit votre choix de prévention, il est également important d’en discuter avec son ou sa partenaire selon chaque situation. Cela vous permet aussi d’avoir plus d’information sur le statut sérologique de la personne et sur son consentement. Il existe d’autres méthodes pour prévenir le VIH, qui peuvent être utilisées en complémentarité des trois méthodes hautement efficaces. À elles seules, elles ne sont pas des stratégies de prévention efficace, mais nous ne pouvons pas nier leur existence. Il est donc important de les connaitre. Vous pouvez en savoir plus sur le site du Projet Mobilise.

Qu'est ce que la réduction des méfaits ?

picto injection

Pour prévenir la transmission du VIH lors de l’utilisation de drogues injectables (usage de seringues) il faut éviter de partager le matériel d’injection. Si vous voulez avoir plus d’information sur les programmes de réduction des méfaits au Québec vous pouvez contacter Cactus, Dopamine, Spectre de rue ou L’Anonyme.

Et si on pense qu'il y a eu une transmission ?

Suite à une relation avec une personne dont vous ne connaissez pas le statut ou qui vit avec le VIH et n’est pas indétectable, il existe une possibilité d’être exposé au virus. Dans ce cas, il existe une option de prévention d’urgence : la PPE.

traitement vih

La Prophylaxie Post-Exposition (PPE) est un traitement combinant plusieurs antirétroviraux. Les médicaments doivent être pris à heures fixes, pendant quatre semaines. La PPE peut empêcher l’infection au VIH après l’exposition au virus. Mais pour être efficace, elle doit être commencée le plus tôt possible, maximum dans les 72 heures suivant l’exposition au virus.

Consultez un·e professionnel·le de la santé le plus rapidement possible. Iel évaluera le risque de transmission du VIH et, au besoin, prescrira une prophylaxie post-exposition (PPE). Le service Info-Santé, accessible partout au Québec en composant le 811, peut vous indiquer où trouver un·e professionnel·le de la santé sans rendez-vous.

Quand passer un test de dépistage ?

depistage

Après une relation sexuelle où il y a une exposition potentielle avec un·e partenaire dont vous ne connaissez pas le statut, il est recommandé de passer un test de dépistage. Cela vous permettra de connaître votre statut sérologique et commencer un traitement si vous le souhaitez.

Les plus récents tests de dépistage du VIH effectués à partir d’une prise de sang (tests standards) peuvent détecter la présence ou non du VIH de 16 à 40 jours après une possible transmission. Ces tests détectent les anticorps du VIH ainsi que l’antigène P24. Après 34 jours, les tests sont fiables à 95%. Pour avoir un résultat fiable à 100%, il est recommandé de passer un test trois mois (12 semaines) après la possible transmission. 

Les tests de dépistage rapide du VIH effectués en prélevant quelques gouttes de sang au bout du doigt (tests rapides) atteignent également leur fiabilité maximale après une période de trois mois (12 semaines). 

Vous voulez passer un test de dépistage du VIH ?

Comment prévenir la transmission verticale ?

transmission mère enfant vih

La transmission verticale, lors de la grossesse et l’accouchement, peut maintenant être prévenue. La personne enceinte doit suivre un traitement antirétroviral. Au Québec, il n'y a pratiquement plus de transmission verticale depuis maintenant plusieurs années.

Pour prévenir la transmission lors de l’allaitement, au Canada il est recommandé d’utiliser une préparation pour nourrissons. Pour plus d’information vous pouvez contacter le CASM.

Si vous êtes une personne vivant avec le VIH enceinte ou avec un désir de grossesse n’hésitez pas à consulter votre médecin pour plus d’information. 

Pour toutes questions générales sur le COVID-19, tels que les lieux de dépistages ou les bonnes pratiques pour éviter la propagation, veuillez contacter, sans frais, le 1-877-644-4545.

Le Portail reste disponible pour répondre aux questions liées au VIH et autres ITSS.

Il est à noter qu'au vu des circonstances exceptionnelles, les sites de dépistage des ITSS ont modifié leur offre de services, il est donc possible que vous expérimentiez des délais supplémentaires.

Nous sommes joignables par courriel à info@pvsq.org, par textos au (514) 400-9301 et par clavardage sur notre site internet pvsq.org !